Lutter contre les poux rouges dans le poulailler

Les poux rouges sont un vrai fléau dans un poulailler et peuvent engendrer de graves conséquences à moyens et longs termes dans un élevage familial.

Les poux rouges sont difficiles à détecter dans les débuts de la propagation, car à la différence des poux broyeurs, ceux-ci ne vivent pas sur les poules. Non, les poux rouges vivent dans les recoins sombres du poulailler et viennent se nourrir du sang des poules à la nuit tombée tels des vampires. Il est donc difficile pour les éleveurs familiaux de les repérer.

Par ailleurs, une fois installés, il est très difficile de déloger les poux rouges d’un poulailler tant leur colonie se développe à vitesse grand V.

Stress, anémie, etc., les poux rouges peuvent être la cause de nombreux maux au sein du poulailler, et c’est pourquoi il est nécessaire de s’en débarrasser au plus vite, une fois leur présence détectée.

Focus sur un parasite qui constitue indéniablement l’ennemi numéro 1 des poulaillers familiaux et professionnels.

poule-malade

Le pou rouge, qui est-il ?

Le pou rouge est un acarien hématophage, c’est-à-dire qu’il se nourrit principalement de sang. Ce type de pou prolifère dans les poulaillers qui représentent pour lui une source de nourriture illimitée et un nid chaud et sombre où se reproduire en toute tranquillité.

Attention d’ailleurs, car le pou rouge s’intéresse à tous les vertébrés au sang chaud, ce qui inclut aussi les êtres humains. Lors d’une invasion massive, il n’est pas rare que les éleveurs eux-mêmes soient attaqués par les poux.

Concernant leur lieu de villégiature, il faut savoir que les poux se nichent généralement dans les moindres recoins ou petites fissures des poulaillers. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il n’est pas toujours facile de se rendre compte de leur présence dans les premiers temps.

Par ailleurs, étant donné que le pou rouge vit communément dans la nature, aucun poulailler de jardin n’est à l’abri. C’est pourquoi la vigilance, un nettoyage régulier du poulailler, ainsi que des techniques de prévention sont la clé pour éviter toute invasion.

Quels dangers le pou rouge représentent-ils pour les poules ?

Parce qu’il suce le sang des poules pour se nourrir, les poux rouges représentent un véritable danger au sein du poulailler. En effet, une présence trop importante de poux pourrait conduire les poules à être anémiées du fait de piqûres trop régulières.

De plus, les risques de transmission de maladies bactériennes et virales des poux vers les poules sont bien réels, la salmonellose étant en premier plan.

En outre, à cause du phénomène d’anémie, les poules subissent une baisse de régime importante et leurs défenses immunitaires se retrouvent à plat. La sensibilité aux maladies est donc accrue et des infections normalement bénignes peuvent devenir mortelles.

Autre gros problème lors d’une invasion de poux rouges dans un poulailler : le stress causé chez les poules. En effet, lorsque les cocottes sont piquées en permanence, des démangeaisons terribles commencent à perturber leur quotidien, mais aussi leur sommeil. Résultat : les poules sont stressées en permanence et l’on sait très bien que le stress est un mal invisible mais dévastateur pour les gallinacées.

Enfin, il faut également rappeler que des poules anémiées et stressées ne produiront pas d’œuf. Une baisse significative de la ponte peut par ailleurs alarmer sur un problème d’infestation de poux rouges dans le poulailler.

Comment détecter la présence de poux rouges au poulailler ?

Plusieurs indices permettent de se douter de la présence de poux rouges dans le poulailler. En général, l’état des poules traduit une situation anormale au sein de l’élevage. En effet, plusieurs symptômes sont directement liés à la présence de poux rouges au sein de l’élevage, à savoir :

  • Un affaiblissement général
  • Une crête pâle
  • Une perte de plume au niveau du cou
  • Des traces de piqûres sur la peau
  • Un ralentissement au niveau de la ponte, voire un arrêt total

Pour commencer, il est important de vérifier si un problème physiologique n’est pas à l’origine du problème. Si aucun problème n’est détecté, c’est à l’examen complet du poulailler et de la structure auquel il faudra procéder.

Dans ce cas, la recherche doit être minutieuse. Les poux rouges sont de très petits parasites qui ne mesurent pas plus d’un millimètre une fois gorgés de sang. Par ailleurs, en début d’invasion, le nombre de poux peut être encore minime. Une attention rigoureuse est donc nécessaire pour les repérer. Tous les recoins des poulaillers doivent être analysés du sol au plafond, sous la paille, entre les planches, etc.

Dans le cas d’une invasion plus avancée, les poux seront facilement repérables et pourront même attaquer directement l’éleveur. À ce stade, plus aucun doute n’est possible, il faut passer rapidement à l’action pour se débarrasser des nuisibles.

Pour détecter les poux rouges à tous les coups, il existe plusieurs astuces :

  • Repérer les excréments des poux rouges qui ressemblent à de la poudre grisâtre.
  • Analyser les fientes de poules qui peuvent parfois contenir des poux rouges gorgés de sang.
  • Fixer un mouchoir blanc plié au niveau des perchoirs afin de capturer quelques poux.

Quels sont les moyens de lutter contre les poux rouges dans le poulailler ?

Bien que les poux rouges soient très difficiles à éradiquer, il est néanmoins possible d’en venir à bout, et c’est d’ailleurs essentiel pour préserver un poulailler.

Les poux rouges sont en effet des parasites extrêmement robustes. Pour preuve, ces petites bêtes sont capables de rester près de 9 mois sans manger. De plus, leur cycle de reproduction est extrêmement rapide, ce qui entraîne une prolifération exponentielle de la colonie en seulement quelques semaines.

Pour venir à bout des poux rouges dans un poulailler, plusieurs actions doivent être mises en place, et ce, de façon rapide. Éliminer les poux dans le poulailler est une priorité absolue.

Voici comment procéder pour éliminer les poux rouges de façon optimale :

Étape 1 : nettoyer de fond en comble

La première action à mettre en place pour commencer l’extermination des poux consiste à nettoyer l’intégralité du poulailler de fond en comble.

Pour ce faire, les poules devront être déplacées dans un second poulailler, dans l’idéal, ou dans un espace sécurisé en attendant que l’éradication soit terminée.

Ensuite, il est nécessaire de s’occuper de la litière en la mettant dans un sac-poubelle. Une fois le poulailler débarrassé du gros de la paille et des fientes, il faudra passer le balai et finir par passer un coup d’aspirateur dans tout le poulailler en n’oubliant pas les moindres recoins. Pour éliminer l’encrassement entre les planches et dans les petits interstices, il est possible d’utiliser un couteau pointu ou un grattoir.

Toute la poussière et les déchets sortis du poulailler doivent ensuite être brûlés afin d’éliminer tout risque qu’un pou ne survive.

Une fois cette étape accomplie, il est possible de poursuivre le nettoyage du poulailler.

L’étape suivante consiste à laver toute la structure à grande eau. L’utilisation d’un nettoyeur à haute pression est alors préconisée. Lorsque l’on n’en a pas, il est conseillé d’en louer un dans une enseigne spécialisée étant donné que ce type d’appareil permet de déloger toutes les saletés, les éventuels œufs et poux rouges restant dans le poulailler, y compris dans les petits recoins.

Ensuite, deux options sont possibles pour finaliser le cycle de nettoyage :

  • Passer tout l’intérieur du poulailler au chalumeau. Un passage rapide de la flamme permettra de tuer tous résidus de pou ou d’œuf dans l’enceinte du poulailler.
  • Ou bien, utiliser un nettoyeur vapeur toujours en insistant bien dans les coins et recoins du poulailler.

Étape 2 : observer un vide sanitaire

Après avoir littéralement aseptisé le poulailler, il est conseillé d’observer un vide sanitaire dans le poulailler, et ce, pendant plusieurs semaines.

Quand on disait que se débarrasser des poux rouges n’était pas une mince affaire, c’est parce que c’est vraiment le cas !

Le vide sanitaire n’étant pas suffisant pour éliminer totalement le risque que les poux rouges soient de retour au poulailler, il faudra pendant ce temps compléter le nettoyage par l’application de différents traitements spécifiques anti-poux rouges.

Parmi les différentes solutions pour se débarrasser des poux rouges, il existe aussi bien des traitements de synthèses que des traitements naturels.

Quels sont les produits permettant de lutter contre le pou rouge ?

Il existe plusieurs solutions pour se débarrasser des poux rouges.

Les traitements chimiques posent aujourd’hui de plus en plus de problèmes étant donné que leurs utilisations trop fréquentes, notamment au sein des élevages industriels, ont induit le développement d’un phénomène de résistance chez le pou rouge.

À noter : les produits chimiques anti-poux rouges sont à utiliser dans le poulailler et non sur les poules. Il s’agit principalement de produits composé d’organophosphorés et de pyréthrinoïdes.

Face aux produits chimiques, de plus en plus de produits naturels sont plébiscités par les amateurs d’élevages avicoles. Des produits qui sont souvent plus éco-responsables et qui ne représentent pas de danger pour les gallinacés et autres animaux de compagnie qui peuvent côtoyer le poulailler.

Par ailleurs, les produits naturels peuvent très bien être utilisés toute l’année en prévention, afin d’éloigner les poux rouges avant qu’ils n’envahissent le poulailler. Parmi les produits naturels efficaces pour lutter contre le pou rouge, mais aussi contre de nombreux autres parasites, il en est un qui se démarque largement pour son efficacité redoutable : il s’agit de la Terre de Diatomée.

Qu’est-ce que la Terre de Diatomée ?

  • La Terre de Diatomée est un produit naturel qui est clairement un indispensable lorsque l’on possède un poulailler domestique.
  • La Terre de Diatomée est très efficace et permet de tuer les poux-rouges de façon percutante. Une efficacité qui a fait sa renommée auprès des éleveurs amateurs, et même, des professionnels.
  • La Terre de Diatomée se présente sous forme de poudre. À l’origine, il s’agit d’un minéral extrait des gisements de diatomite.

Comment appliquer la Terre de Diatomée dans un poulailler infesté de poux rouges ?

Pour utiliser de la Terre de Diatomée dans un poulailler infesté de poux rouges, il faut commencer par appliquer les principes de nettoyage cités plus haut. Ensuite, il faudra saupoudrer de la Terre de Diatomée dans tout le poulailler et laisser agir comme précisé par la notice du fabricant.

Dans le cas d’un traitement préventif, il est possible de disperser du produit à quelques endroits stratégiques du poulailler.

Quoi qu’il en soit, il est important de toujours de munir de gants et de masque pour procéder à l’application du traitement. Étant donné qu’il s’agit d’une poudre volatile et potentiellement irritante, il est important de se protéger les voies respiratoires et les mains.

Pour information, il est possible d’acheter de la Terre de Diatomée sur Internet. Inutile de parcourir toutes les enseignes spécialisées et enseignes de bricolage à la recherche de ce produit, mieux vaut se faire livrer directement chez soi.

Quelles sont les alternatives pour protéger son poulailler contre le pou rouge ?

Plusieurs solutions alternatives permettent de dire adieu au risque de voir les poux rouges envahir son poulailler domestique. Parmi celles-ci, voici les 3 idées les plus remarquables :

Passer au poulailler en plastique

Le poulailler en plastique est une excellente alternative pour éviter que les poux rouges n’établissent domicile au sein de l’élevage de gallinacés.

Les poulaillers en plastique, à la différence des poulaillers en bois, ne disposent pas d’interstices et de fissures où les poux pourraient établir leur nid.

Le nettoyage des poulaillers plastiques est également grandement facilité ce qui permet de garder une hygiène irréprochable tout au long de l’année.

Et les avantages des poulaillers en PVC ne s’arrêtent pas là puisqu’il s’agit également de modèles offrant une sécurité optimale aux cocottes. Les prédateurs ne peuvent pas y accéder et les poules peuvent y vivre en toute sécurité.

Enfin, ce type de poulailler offre le gros avantage d’être mieux isolé et offre une fraîcheur intéressante en été et reste bien chaud l’hiver pour le plus grand bonheur des poules.

Le leader dans ce domaine est sans aucun doute la marque Omlet qui propose des poulaillers en PVC au design moderne et original.

Intégrer un prédateur du pou rouge dans le poulailler

L’introduction de prédateur du pou rouge dans le poulailler peut être une solution intéressante dans le cas où l’invasion n’en n’est pas à un stade très avancé, auquel cas, un nettoyage en profondeur s’impose de toutes les façons.

C’est la société Androlis qui propose ce type de solution. Le concept est simple : introduire un stock de prédateurs de poux rouges dans le poulailler afin que ceux-ci dévorent les parasites et leurs œufs et débarrassent les poules de ce nuisible.

À noter bien sûr que ces prédateurs sont totalement inoffensifs pour les poules, mais aussi pour l’Homme.

Il s’agit d’une solution 100 % biologique et tout à fait naturelle qui intéresse tout particulièrement les éleveurs familiaux.

Androlis est un produit qui peut s’utiliser en traitement d’attaque, mais également en prévention. Un investissement moindre qui permettra d’éviter une infestation massive et très difficile à stopper de poux rouges dans le poulailler.

Traiter directement les poules

Appicure est un traitement interne destiné aux poules. Il s’agit d’une solution 100 % naturelle qui se mélange simplement à l’alimentation des cocottes.

Le principe de l’Appicure est ingénieux, puisqu’il consiste à transformer le sang des poules en poisons pour les poux rouges. Ainsi, ceux-ci s’affaiblissent et disparaissent progressivement au lieu de se multiplier et de proliférer.

Le traitement ne représente bien entendu absolument aucun danger pour les gallinacées. La cure transforme simplement le goût de leur sang et empêche les poux de se nourrir comme il le devrait.

À noter que cette solution peut s’utiliser en complément de l’achat de prédateur de poux rouges et convient particulièrement à un usage préventif.

En conclusion :

La première chose à retenir en ce qui concerne le pou rouge est qu’aucun élevage n’est complètement à l’abri d’une éventuelle invasion.

Le pou rouge est insidieux et les éleveurs peuvent parfois mettre un certain temps avant de s’apercevoir de leur présence au poulailler. Lorsque c’est le cas, il est souvent déjà trop tard et venir à bout de ces nuisibles devient alors un vrai cauchemar.

Afin de profiter au mieux de son élevage familial et de ne pas avoir constamment peur que des poux rouges s’y installent, le mieux est d’opter pour une série d’actions préventives parmi l’installation d’un poulailler PVC, l’intégration de prédateurs de poux dans le poulailler, ou encore, l’ajout d’Appicure dans la nourriture des cocottes.

En revanche, lorsque l’invasion est déjà constatée, il n’y a plus qu’une seule chose à faire : réagir vite et fort ! Pour cela, il ne faut pas hésiter à changer les poules de place et à faire un nettoyage très approfondi du poulailler. Celui-ci doit être fait de façon très minutieuse et en utilisant les bons outils de nettoyage : machine à haute pression, nettoyeur vapeur, ou encore, chalumeau. Dans ce cas, un seul mot d’ordre : la fin justifie les moyens !

Partagez !
Fred
Fred
Articles: 215