Comment reconnaître les crottes d’hérisson ?

Le hérisson est un petit mammifère qui vit dans les zones rurales ou périurbaines, où il trouve refuge et nourriture. C’est un animal nocturne, qui sort de sa cachette à la tombée de la nuit pour chasser les insectes, les limaces, les escargots ou les petits rongeurs. Le hérisson est un auxiliaire précieux pour le jardinier, car il régule les populations de nuisibles et contribue à la biodiversité. Mais comment savoir si vous avez la chance d’accueillir un hérisson dans votre jardin ? Quels sont les indices qui trahissent sa présence ? Comment reconnaître ses crottes et à quoi servent-elles ? Voici quelques éléments de réponse.

Comment savoir si on a un hérisson dans son jardin ?

Le hérisson est un animal discret et craintif, qui n’aime pas être dérangé. Il est donc difficile de l’apercevoir directement, sauf si vous faites une sortie nocturne avec une lampe torche. Mais il existe d’autres moyens de détecter sa présence, en observant les traces qu’il laisse derrière lui. Parmi ces traces, on peut citer :

  • Les empreintes : le hérisson a des pattes courtes et des doigts munis de griffes. Ses empreintes ressemblent à des petites mains à cinq doigts, qui mesurent environ 2,5 à 3 cm de large. On peut les repérer sur le sol humide ou meuble, comme la terre, le sable ou la boue.
  • Les poils : le hérisson a des poils bruns sur le ventre et le museau, et des piquants sur le dos et les flancs. Ses poils peuvent se détacher lorsqu’il se frotte contre des objets ou des végétaux. On peut les retrouver accrochés aux branches, aux grillages ou aux clôtures.
  • Les restes de repas : le hérisson est un carnivore qui se nourrit principalement d’invertébrés. Il peut laisser des restes de ses proies, comme des coquilles d’escargots, des carapaces de coléoptères ou des ailes de papillons. On peut aussi trouver des fruits ou des baies qu’il a grignotés.
  • Les crottes : le hérisson défèque généralement loin de son nid, sur son territoire ou sur ses lieux de passage. Ses crottes sont donc un indice facile à repérer pour confirmer sa présence.

Où se cache un hérisson dans un jardin ?

Le hérisson est un animal qui aime se cacher dans des endroits sombres, secs et isolés. Il cherche un abri pour se reposer pendant la journée, mais aussi pour hiberner pendant l’hiver ou pour mettre bas au printemps. Dans un jardin, il peut trouver plusieurs types de cachettes, comme :

  • Un tas de feuilles mortes, de branches ou de compost : le hérisson apprécie ces amas végétaux qui lui offrent une protection thermique et acoustique. Il peut s’y creuser un nid douillet avec des herbes sèches ou des mousses.
  • Une haie dense, une broussaille ou un buisson : le hérisson aime se glisser sous ces végétaux touffus qui lui assurent une couverture végétale et une discrétion vis-à-vis des prédateurs.
  • Un trou sous une souche, une pierre ou un mur : le hérisson profite parfois des cavités creusées par d’autres animaux, comme les lapins ou les renards. Il peut aussi s’introduire sous les fondations d’une maison ou d’un cabanon.
  • Une cabane à hérisson : il s’agit d’une petite maison en bois que vous pouvez fabriquer vous-même ou acheter dans le commerce. Elle doit être placée dans un endroit calme et ombragé du jardin, à l’abri du vent et des intempéries. Elle doit être garnie de matériaux naturels comme du foin, de la paille ou des feuilles.

Comment reconnaitre de la crotte de hérisson ?

crotte-herisson

La crotte de hérisson est un élément facile à identifier, car elle a des caractéristiques bien particulières. Voici comment la reconnaître :

  • La forme : la crotte de hérisson a la forme d’un petit cylindre, plus ou moins long et épais selon la taille de l’animal. Elle a souvent des extrémités pointues ou arrondies.
  • La couleur : la crotte de hérisson est de couleur foncée, allant du brun au noir. Elle peut apparaître brillante, en raison de la présence d’exosquelettes d’insectes dans l’alimentation du hérisson.
  • La texture : la crotte de hérisson est généralement lisse et sèche, mais elle peut varier selon le contenu. Elle peut être plus rugueuse ou plus molle si le hérisson a mangé des fruits, des baies ou des vers de terre.
  • L’odeur : la crotte de hérisson n’a pas une odeur très forte, mais elle peut dégager une légère odeur musquée ou terreuse.

Dangers des excréments de hérisson

Les excréments de hérisson ne sont pas dangereux en soi, mais ils peuvent présenter certains risques sanitaires si on les manipule sans précaution. En effet, les crottes de hérisson peuvent contenir des parasites ou des bactéries qui peuvent être transmis à l’homme ou aux animaux domestiques. Parmi ces agents pathogènes, on peut citer :

  • Les vers intestinaux : le hérisson peut être porteur de vers ronds (nématodes) ou plats (cestodes) qui vivent dans son tube digestif. Ces vers peuvent être éliminés dans les crottes et contaminer le sol ou l’eau. Si un humain ou un animal ingère ces œufs de vers, il peut développer une parasitose intestinale, qui se manifeste par des troubles digestifs, une perte de poids ou une anémie.
  • Les salmonelles : le hérisson peut être porteur de bactéries du genre Salmonella, qui sont responsables d’infections alimentaires chez l’homme. Ces bactéries peuvent être présentes dans les crottes et se transmettre par contact direct ou indirect. Si un humain ou un animal ingère ces bactéries, il peut développer une salmonellose, qui se manifeste par des diarrhées, des vomissements, de la fièvre ou des douleurs abdominales.
  • Le clostridium : le hérisson peut être porteur d’une bactérie nommée Clostridium botulinum, qui produit une toxine très dangereuse appelée botulisme. Cette bactérie peut être présente dans les crottes et se développer dans des conditions anaérobies (sans oxygène). Si un humain ou un animal ingère cette toxine, il peut développer un botulisme, qui se manifeste par une paralysie progressive des muscles.

Pour éviter ces risques sanitaires, il est conseillé de respecter quelques règles d’hygiène :

  • Ne pas toucher les crottes de hérisson à mains nues. Utiliser des gants jetables ou une pelle pour les ramasser et les jeter à la poubelle.
  • Ne pas laisser les enfants ou les animaux domestiques jouer avec les crottes de hérisson. Les éloigner des zones où elles sont présentes et leur apprendre à se laver les mains après avoir été au jardin.
  • Ne pas utiliser les crottes de hérisson comme engrais pour le potager. Préférer un compost bien mûr ou un fumier bien décomposé.
  • Ne pas consommer les fruits ou les légumes qui ont été en contact avec les crottes de hérisson. Les laver soigneusement à l’eau claire avant de les manger.

Différences entre excréments de hérisson et de rats

Il peut arriver de confondre les excréments de hérisson avec ceux de rats, qui sont aussi des petits mammifères qui peuvent fréquenter les jardins. Cependant, il existe des différences notables entre ces deux types de crottes, qui permettent de les distinguer :

  • La taille : les crottes de rat sont plus petites que celles de hérisson. Elles mesurent environ 1 à 1,5 cm de long alors que celles du hérisson font de 2 à 2,5 cm
  • La forme : les crottes de rat ont la forme d’un grain de riz, plus ou moins courbé selon l’espèce. Elles ont souvent des extrémités pointues ou effilées.
  • La couleur : les crottes de rat sont de couleur noire ou brun foncé. Elles peuvent apparaître brillantes, en raison de la présence d’urine ou de graisse dans l’alimentation du rat.
  • La texture : les crottes de rat sont généralement dures et sèches, mais elles peuvent varier selon le contenu. Elles peuvent être plus molles ou plus collantes si le rat a mangé des fruits, des céréales ou des déchets.
  • L’odeur : les crottes de rat ont une odeur forte et désagréable, qui peut persister longtemps. Elles dégagent une odeur d’ammoniaque ou de musc.

Pourquoi le hérisson est-il bénéfique dans un jardin ?

Le hérisson est un animal qui rend de nombreux services au jardinier, car il contribue à la biodiversité et à l’équilibre écologique. Voici quelques raisons pour lesquelles le hérisson est bénéfique dans un jardin :

  • Il régule les populations de nuisibles, comme les limaces, les escargots, les insectes ou les petits rongeurs. Il peut consommer jusqu’à 200 g de proies par nuit, ce qui représente environ 10 % de son poids. Il limite ainsi les dégâts causés aux plantes et aux cultures.
  • Il favorise la pollinisation, en transportant le pollen sur ses poils ou ses piquants. Il participe ainsi à la reproduction des fleurs et à la production des fruits.
  • Il enrichit le sol, en apportant de la matière organique avec ses crottes. Il favorise ainsi la fertilité du sol et le développement des micro-organismes.
  • Il crée des habitats, en creusant des galeries ou en utilisant des tas de feuilles ou de branches. Il offre ainsi un refuge à d’autres animaux, comme les oiseaux, les reptiles ou les amphibiens.
Partagez !
Fred
Fred
Publications: 212

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *