Tout savoir sur le monte escalier pour favoriser le maintien à domicile

De plus en plus de personnes âgées ou en situation de handicap souhaitent pouvoir rester chez elles alors que leur situation ne le permet plus. C’est d’autant plus le cas que les instituts spécialisés sont souvent onéreux et pas toujours adaptés aux budgets des personnes concernées.  

C’est notamment pour ces raisons que de plus en plus d’individus choisissent de rester chez eux en réalisant un ensemble d’installations rendant leur logement mieux adapté. 

Les pièces concernées par ces aménagements sont souvent la chambre, la salle de bain ou encore la cuisine. Toutefois, lorsque le logement comporte un étage, l’accès aux paliers supérieurs peut poser problème. Dans ce cas, l’installation d’un monte-escalier est la solution tout indiquée. D’ailleurs, le recours à ce type de dispositif est déjà très populaire dans les pays de Grande-Bretagne et tend à se démocratiser de plus en plus en France. 

Voici tout ce qu’il faut savoir à ce sujet. 

Qu’est-ce qu’un monte escalier et pourquoi en installer un chez soi ?

Un monte escalier est un système qui s’installe au niveau d’un escalier et qui comporte un fauteuil mobile capable de coulisser de haut en bas grâce à l’installation d’un rail.

L’installation d’un monte escalier participe, dans le cadre d’une série d’installations adaptées, de permettre à une personne âgée ou à une personne à mobilité réduite de pouvoir rester vivre chez elle. D’ailleurs, c’est le souhait de nombreux individus que de rester vivre chez eux plutôt que d’être placé en institut spécialisé. Il en va bien souvent de leur santé mentale et de la qualité de leur moral.  

Ainsi, le monte escalier est un système efficace qui permet d’aller et venir sans aucune difficulté. Si la chambre ou la salle de bain se situe en étage, le monte escalier permettra d’éviter de réaménager le rez-de-chaussée, ou même, de devoir déménager dans un logement adapté.

De plus, une telle installation permet également de faciliter le travail des aides à domicile en supprimant la tâche qui consiste à aider la personne dépendante à monter et à descendre les escaliers. 

En dernier lieu, il est important de noter que le monte escalier participe pleinement à limiter le risque d’accident et de chute dans les escaliers. 

Comment choisir un monte escalier ?

Choisir un monte escalier ne doit rien laisser au hasard. En effet, il existe plusieurs critères qui doivent être pris en compte lors du choix du modèle. Parmi ceux-ci :

  • L’agencement des escaliers. 
  • La pathologie de l’utilisateur. 
  • Le degré de dépendance de l’utilisateur. 
  • Le budget.
  • Les options complémentaires souhaitées (parking bas/haut, rail relevable…). 

De façon plus concrète, on distingue deux types de contraintes qui influencent le choix d’un monte escalier. Il s’agit des contraintes physiques et des contraintes matérielles. 

Les contraintes physiques : 

  • Le poids de l’utilisateur. 
  • La posture.
  • L’équilibre. 
  • Les capacités physiques (possibilité ou non d’utiliser ses membres).

Les contraintes matérielles : 

  • La nature de l’escalier (droit ou en courbe).
  • La taille du palier inférieur et du palier supérieur. 
  • La largeur des marches.

Ce n’est qu’en prenant en compte l’ensemble de ces critères qu’il est possible de choisir un monte escalier parfaitement adapté. D’ailleurs, ne vous inquiétez pas, les prestataires spécialisés sont là pour vous apporter des réponses pertinentes qui vous aideront à choisir votre dispositif.

Quelles sont les principales options disponibles pour un monte escalier ?

En fonction de votre budget, de la configuration de l’escalier et des besoins de l’utilisateur, il est possible d’opter pour différentes options plus ou moins sophistiquées. En voici quelques exemples :

  • Les parkings hauts et bas pour limiter l’encombrement de l’escalier en dégageant le fauteuil lorsqu’il n’est pas utilisé. Cette option est également très sécuritaire puisqu’elle évite les chutes dues à un déséquilibre au moment de s’asseoir dans le fauteuil. 
  • Un siège pivotant ou un siège incliné à choisir selon la mobilité et la nature du handicap. Si la position assise n’est pas envisageable, par exemple, un siège de ce type est nécessaire.
  • Un appareil de téléassistance, qui est un appareil de plus en plus populaire auprès des personnes dépendantes ou en situation de handicap en raison de sa praticité. Il s’agit d’un petit équipement qui permet de bénéficier d’une assistance rapide en cas de problème. Le principe est simple puisque le boîtier permet de contacter rapidement un opérateur en appuyant sur un bouton ou par détection automatique lors d’une chute, par exemple. L’opérateur est alors en mesure de contacter un proche ou directement un médecin selon la situation. Le système fonctionne avec un abonnement auquel l’utilisateur est libre de souscrire (Coût moyen : 20 euros/mois). 

Quel financement pour l’achat d’un monte escalier ?

Il est particulièrement intéressant de noter que les différents investissements liés à l’adaptation d’un logement à destination d’une personne dépendante, ou en situation de handicap, sont éligibles à certaines aides publiques. Ces aides sont destinées à favoriser le maintien à domicile des personnes dépendantes souhaitant pouvoir continuer à vivre chez elles. 

Le monte escalier est un dispositif compatible avec ce type de financement. Les aides prennent la forme d’avantages fiscaux cumulables. 

En outre, en tant qu’actif, il est vivement conseillé de souscrire un contrat de prévoyance au plus tôt. En effet, les aléas de la vie sont réels et ne préviennent jamais. Dans ce type de contrat assurantiel, il est généralement prévu le déblocage d’un capital dédié en cas de dépendance. Ainsi, si l’assuré en rencontre le besoin au cours de sa vie, des fonds seront versés afin de pouvoir financer les différents aménagements et équipements indispensables pour continuer à vivre le plus normalement possible. 

En conclusion : 

Le monte escalier est un dispositif qui peut s’avérer indispensable dans le cadre de l’aménagement du domicile d’une personne en situation de handicap ou rencontrant des difficultés de mobilité dues à l’avancée en âge ou suite à un accident.

En plus des aménagements traditionnels tels que l’achat d’un lit médicalisé, ou de l’installation de rampes de maintien dans la salle de bain, le monte escalier est un équipement salvateur pour de nombreux individus. L’autonomie et le maintien à domicile peuvent ainsi être prolongés autant que possible, ce qui est généralement synonyme de bonnes nouvelles pour les personnes concernées. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.